Même s’il existe de nombreux articles sur la communication de leadership, celui-ci propose sept conseils sur la façon d’améliorer sa communication en période de crise.

On dit que n’importe quel marin peut naviguer en eaux calmes. Mais c’est quand les vagues se forment, que la mer se déchaîne, lorsque le bateau est en péril, que les compétences d’un capitaine se révèlent réellement. Il en va de même pour les chefs d’entreprise.

Plus les difficultés économiques durent, plus il faut que les dirigeants soient impliqués et trouvent de nouveaux et meilleurs moyens de communiquer avec leurs employés. Lorsqu’ils évoluent dans leurs entreprises en période économique difficile, les dirigeants intelligents accordent une priorité à la communication avec leurs clients, leurs employés et leurs actionnaires.

La communication avec les employés est une voie à double sens. Ne vous contentez pas de parler, posez des questions et écoutez les réponses. Commencez par un sondage sur la fidélité des employés. Découvrez qui pense partir et pourquoi. Découvrez qui veut rester et ce qui les motivera à le faire.

Être proactif non seulement gagnera la confiance de ce public-clé, mais ce sera aussi payant sur les résultats financiers.

Une étude récente a révélé que les entreprises qui ont communiqué efficacement au cours des cinq dernières années ont connu une rentabilité globale 47% plus élevée que les entreprises qui ne l’ont pas fait.

C’est un retour sur investissement plutôt satisfaisant, surtout compte tenu du fait qu’il ne coûte presque rien de pratiquer une communication ouverte, honnête et en temps opportun. Alors, quelles sont les façons de communiquer efficacement en temps de crise ?

1. Faites une évaluation franche de la situation.

Donnez un rapport de situation honnête sur la santé globale de l’organisation. Décrivez les principaux problèmes ou défis.

2. Concentrez-vous sur les étapes que vous prévoyez pour surmonter ces défis.

La plupart des employés veulent connaître les raisons pour lesquelles la direction prend une décision ; ainsi, mieux les collaborateurs seront informés et moins inquiets ils seront.

3. Communiquez autant que nécessaire afin que les employés se sentent informés.

Vous souhaitez que votre équipe soit informée. Vous voulez que vos collaborateurs se sentent à l’aise pour venir à vous pendant cette période, il est donc important pour vous d’encourager la communication sur la crise et la façon dont elle les affecte.

4. Appréciez l’effort et le travail que vos collaborateurs font quotidiennement.

Vos collaborateurs ont besoin de voir votre implication, que vous appréciez leur travail et que vous compreniez leurs préoccupations. Plus ils se sentent appréciés, plus ils sont impliqués dans leur travail. Appréciez les personnes individuellement pour vous en assurer la meilleure version.

5. Donnez-leur de l’espoir.

Discutez de la raison pour laquelle cette année devrait être meilleure que l’année dernière, même si elle peut encore être une année difficile pour l’entreprise. Bien que le redressement puisse être lent, des progrès sont réalisés et le processus de rétablissement avance. Ça, c’est une bonne nouvelle !

6. Utilisez autant de canaux de communication que possible.

En tant que leader, votre attention devrait être centrée sur la communication en face à face. Sortez de votre bureau. Faites de la connexion humaine, regardez les employés dans les yeux et répondez à leurs questions.

Le jour où les collaborateurs cessent de vous parler de leurs problèmes, c’est le jour où vous avez cessé de les diriger. Ils ont soit perdu la confiance dans le fait que vous pouvez les aider, soit estimé que cela ne vous intéresse pas. Dans l’un et l’autre cas, c’est un échec de leadership.

7. Les crises exigent une communication de crise.

Si vous consultez des articles sur la communication de leadership, vous pourrez obtenir des informations précieuses sur la façon de communiquer en temps de crise. Pour un conseil personnalisé vous pouvez vous adjoindre les services d’un cabinet spécialisé en matière de communication. Le jeu en vaut la chandelle.