Il y a une chose que je peux dire avec certitude à votre sujet, sans aucune crainte d’être contredit.

Je le sais parce que vous êtes un être humain et que mis à part l’ADN, c’est l’une des rares choses qui soit commune à chaque personne sur la planète.

Je sais que vous voulez être heureux.

Cela fait partie intégrante de vous en tant que personne et si profondément ancré que rien de ce que vous pourrez faire ne changera jamais cet état de fait. Même les gens les plus disgracieux à tous points de vue veulent être heureux, même si cela n’est parfois pas évident au premier regard.

Les recherches sur le bonheur et la psychologie positive sont relativement nouvelles et, de ce fait, moins développées que d’autres domaines plus établis.

La science a tendu, historiquement parlant, à chercher ce qui n’allait pas et à essayer de le réparer.

La psychologie positive cherche ce qui est juste et à le reproduire.

Votre bonheur est largement sous votre contrôle.

Environ 50% de votre bonheur semble défini à la naissance par la génétique. Si vous avez une dépression sévère, il y a une probabilité non négligeable que ce soit dans vos gènes. Cela ne signifie pas nécessairement que vous ne pouvez pas le surmonter, mais, si c’est le cas, ce sera plus difficile.

Même si la plupart des gens pensent que cette part est beaucoup plus élevée, seulement 10% de votre bonheur serait environnemental, c’est-à-dire l’endroit où vous vivez, le travail que vous faites, combien d’argent vous gagnez, quelle voiture vous avez, etc.

Les 40% restants correspondraient à vos pensées et votre attitude générale. Pour la grande majorité des gens, il y a assez d’espace, dans ces 40%, pour les rendre heureux.

Aujourd’hui, je vais partager avec vous 14 attitudes qui peuvent vous aider à augmenter sensiblement votre niveau de bonheur global.

Un petit avertissement toutefois : même si l’adoption des pratiques suivantes fera de vous une personne plus heureuse dans l’ensemble, il faut comprendre que le bonheur va et vient, et parfois être triste n’est pas forcément incongru.

 

1 . Soyez cohérent par rapport à vos valeurs fondamentales

Vous pouvez penser que je suis un toqué des valeurs fondamentales parce que j’ai déjà écrit un certain nombre de posts à leur sujet, bien que la marche du monde semble souvent aller à l’opposé.

Et pourtant, je persiste et signe. Elles recèlent tellement de marge de progression dans tous les domaines, que je trouve que c’est presque un crime de s’en servir peu ou mal.

Je n’ai jamais eu de client qui ne retire rien d’important de son travail de compréhension de ses propres valeurs fondamentales, et beaucoup d’entre eux ont eu la sensation de se révéler à eux-mêmes.

À mon avis, vous ne pouvez simplement pas être autrement qu’heureux si vous vivez une vie en cohérence avec vos valeurs. C’est le travail le plus sous-évalué en coaching de vie, mais le plus efficace.

 

2 . Donnez

Il y a une partie de votre cerveau appelée les noyaux accumbens (il y en a deux, un dans chaque hémisphère cérébral) qui jouent un rôle important dans l’envoi des signaux de récompense et de plaisir.

Malheureusement, ils jouent également un grand rôle dans le phénomène de dépendance et c’est la zone du cerveau qui s’active quand quelqu’un prend un fort stimulant, comme de la cocaïne.

Cependant, les dernières recherches sur le cerveau ont démontré qu’ils s’activent autant, sinon plus, lorsque nous aidons d’autres personnes.

À quel point c’est une bonne nouvelle ? Faire un don à une cause charitable ferait le même effet que prendre un rail de coke !

Et non seulement cela donne une sensation initiale de bien-être, mais celle-ci dure beaucoup plus longtemps que les effets de la cocaïne et avec moins d’effets secondaires.

 

3 . Refusez-vous les gratifications instantanées

Raisonnez et comportez-vous à long terme. Cette attitude vous permet d’être davantage dans l’instant présent, car vous ne vous focaliserez pas sur une récompense, une reconnaissance, une nécessité de bénéfice immédiates.

Si vous reportez une gratification instantanée pour un gain à long terme, alors vous verrez votre niveau de bonheur global commencer à grimper.

 

4 . Fixez-vous des objectifs

L’établissement d’objectifs et leur réalisation peuvent être une expérience très enrichissante.

Cependant, il y a une mise en garde importante : les objectifs doivent être intrinsèquement motivés et ils ne peuvent pas être des objectifs binaires de tout ou rien.

« Intrinsèquement » signifie qu’ils doivent venir du plus profond de vous-mêmes, c’est-à-dire qu’ils soient alignés sur vos valeurs et qu’ils aient donc un vrai sens pour vous !

Et « tout ou rien », implique que vous devez profiter du voyage autant que de la destination.

Imaginez que vous vous fixiez comme objectif de remporter une médaille d’or aux Jeux olympiques de 2020 et que vous axiez toutes votre vie sur cette victoire. Il y a fort à parier que vous rendrez la période d’ici à 2020 absolument détestable pour vous et pour vos proches.

Et si vous n’obtenez que la médaille d’argent ? Vous allez probablement vouloir vous tirer une balle dans la tête.

Sachez que les gens heureux ont tendance à ne pas se suicider.

 

5 . Évitez l’adaptation

La raison pour laquelle les gens riches ne sont pas plus heureux statistiquement parlant que les gens qui ont juste ce dont ils ont besoin en termes d’argent, vient de l’adaptation hédoniste.

Quelles que soient les circonstances, vous vous adapterez et elles deviendront la norme. C’est la raison pour laquelle cette nouvelle voiture qui vous fait hyper envie devient, pour vous, un simple moyen de transport après quelques semaines.

Éviter l’adaptation, « l’habituation », est difficile, mais cela est réalisable si vous savez maintenir un état de conscience et de reconnaissance par rapport à ce que vous avez à la fois matériellement et socialement.

Prenez conscience régulièrement de ce que vous avez et arrêtez de le prendre pour acquis. Je suis sûr que vous en voudriez plus, mais à moins que vous ne fassiez faillite, que vous n’ayez ni famille ni amis et que vous soyez sur le point de mourir d’une mort lente et douloureuse, je suis sûr que vous avez des raisons d’être reconnaissants.

Souvenez-vous également que l’adaptation a tendance à se produire avec des objets matériels et des personnes, plus qu’avec des expériences.

Vous pouvez aimer votre nouvel écran 27 « , mais vous vous y adapterez et utiliser cet argent pour des vacances en famille, ou même vous payer un coach de vie, peut faire plus pour votre niveau de bonheur à long terme.

 

6 . Faites un travail utile

Je ne me souviens pas avoir jamais travaillé avec un client qui aimait son travail et était profondément malheureux. Vous passez la moitié de votre vie au travail et si vous croyez que votre travail en vaut la peine, vous serez une personne plus heureuse.

Vous ne devez pas nécessairement être une infirmière, un pompier, un policier, un enseignant, un travailleur caritatif ou un membre de l’une ou l’autre des professions que nous avons tendance à considérer comme socialement valorisantes.

Si vous êtes jardinier, être le meilleur jardinier que vous pouvez être et contribuer à égayer la vie des gens est suffisant. Si vous coupez les cheveux, soyez fiers de rendre les gens beaux et heureux avec ce que vous leur faites.

Même si vous êtes un comptable, vous pouvez considérer que votre travail permet à votre société de s’intégrer dans l’économie, de lui éviter des dépenses inutiles, bref de tenir debout pour parvenir à faire de belles choses.

C’est la question de sur quoi vous vous focalisez. La plupart des emplois peuvent être considérés comme valables avec un peu de réflexion créative et de recadrage.

Cliché avertissement : si vous ne faites pas le travail que vous aimez, aimez le travail que vous faites.

 

7 . Méditez / priez

Certaines personnes deviennent mal à l’aise quand je regroupe la méditation avec la prière, mais leurs effets sur le cerveau sont très similaires.

Et ces effets sont très bénéfiques pour tout, de la santé mentale et physique au niveau de bonheur.

Oh, et en passant, les gens religieux ont bizarrement tendance à être plus heureux que les athées… (voir ci-dessous).

 

8 . Socialisez

Il y avait une croyance selon laquelle les gens religieux avaient tendance à être plus heureux à cause de leur foi en Dieu et de leur croyance dans l’au-delà.

De nouvelles recherches ont suggéré que l’origine de ce surcroît de bonheur pourrait être ailleurs et qu’il serait plus lié à la formation de liens sociaux forts avec des gens qui ont des valeurs et des croyances similaires.

Vous êtes un animal social, que vous le vouliez ou non, et plus vous êtes fortement lié à des personnes partageant des buts similaires (non destructifs), plus vous êtes susceptible d’être heureux.

Cela ne signifie pas que vous devriez courir à l’église, ni que vous devriez être au café tous les soirs. Cela signifie que si vous évitez les interactions sociales et aimez être un loup solitaire, vous êtes moins susceptible d’être heureux dans votre vie.

 

9 . Souriez

Un sourire authentique envoie un signal à votre cerveau que vous êtes heureux. C’est super en soi, mais c’est encore mieux que ça : lorsque votre cerveau remarque ce signal, il envoie un autre signal indiquant qu’il est heureux d’être heureux et commence une spirale de bonheur.

Bien sûr, le contraire est également vrai… donc à éviter.

 

10 . Pratiquez une activité physique.

C’est évident, mais il serait négligent de ma part de ne pas mentionner ici l’exercice physique.

Les exercices cardio-vasculaires créent toutes sortes de changements métaboliques dans le corps ainsi que l’amélioration de l’estime de soi et génèrent un sentiment d’accomplissement.

Les endorphines, substances remarquablement proches de la morphine, sont produites à cette occasion, ce qui crée un sentiment de bien-être.

Il y a aussi une augmentation de la production de dopamine et c’est pourquoi les scientifiques pensent maintenant que l’exercice physique aide à prévenir et/ou ralentir l’apparition de maladies comme Alzheimer et Parkinson.

 

11 . Soyez moins attaché aux objets.

Etre attaché à des objets matériels est une recette pour le malheur parce que tout se casse, se perd, se fait voler ou s’use tout simplement, y compris vous, je suis désolé de le dire.

Si vous vous attachez trop aux objets matériels, ceux-ci deviennent une partie de vous-même et leur disparition vous impactera beaucoup plus que leur réelle utilité dans votre vie. Si vous êtes prêt à tout perdre, premièrement il y a peu de chances que cela vous arrive et, deuxièmement, si cela se produit, cela n’aura qu’un impact très limité sur votre niveau de bonheur.

Vous avez donc tout à gagner en étant prêt à tout perdre.

 

12 . Ne vous comparez pas

A tous les adeptes du « quand je me regarde je me désole, quand je me compare, je me console » (Talleyrand), si vous n’êtes pas vraiment convaincu par ce conseil que vous considérez comme un non-sens, je vous suggère de commencer à vous comparer aux autres.

Si vous gagnez 100 000 € par année, comparez-vous à la personne qui gagne 200 000 €. Si vous êtes en surpoids, comparez-vous à la bombe du gymnase. Et si vous êtes malade, pensez à tous les égoïstes qui sont actuellement en bonne santé.

Comme je l’ai dit dans un post précédent, la comparaison n’entraine pas la satisfaction. Alors arrêtez de vous comparer aux autres, car il y aura toujours des gens avec plus d’argent, plus beau, plus intelligent, plus en forme, plus grand et plus drôle que vous !

La seule comparaison possible est celle que vous faites entre vous et vous-même, entre hier et aujourd’hui, pour vous satisfaire de la progression que vous connaissez grâce au travail effréné que vous faites sur vous-même.

 

13 . Soyez dans le « Flow »

Vous avez entendu parler de l’état de « Flow » (notion anglo-saxone développée par le psychologue hongrois Mihály Csíkszentmihályi ! Où est l’erreur ?) ? C’est cet état mental lorsque vous êtes si absorbé par ce que vous faites que vous perdez toute notion de temps, même toute notion de soi.

Les personnes qui utilisent régulièrement l’état du Flow ont tendance à être plus heureuses.

Donc, en supposant qu’elles ne soient pas autodestructrices, cherchez des activités qui génèrent chez vous cet état de Flow.

 

14 . Aimez-vous vous-même et les autres

Les gens heureux n’entrent pas en conflit, ni avec eux-mêmes, ni avec d’autres personnes. Les gens heureux ont tendance à aimer les autres. Donnez-vous de l’amour à vous-même et aux autres et vous serez étonné de voir à quel point vous vous sentez plus heureux dans la vie.

Très vite, vous constaterez qu’il est facile d’aimer et, qu’en plus, vous aimez aimer.