Ne soyez pas un loser : les 7 comportements perdants
part 5 : la victimisation

Philippe | 23 juin 2017 | 1 commentaire

Après les quatre premiers posts sur l’incapacité à accepter d’avoir tort, sur la critique systématique, sur l’ostracisme et sur l’agressivité, voici le cinquième comportement perdant :  la victimisation.

Se victimiser, même si je ne suis pas certain que ce verbe existe en français, est employé ici dans le sens d’une personne qui se considère assez systématiquement comme la victime des événements qu’elle perçoit comme négatifs.

Tout le monde a la perception intuitive du fait qu’un comportement de victimisation est un comportement perdant par excellence. Toutefois, ma vision personnelle de la chose est un peu plus nuancée.

En effet, si, à de nombreux égards, la victimisation reste un comportement restreignant les possibilités d’action d’une personne et, ainsi, l’empêche de construire la réalité dont elle rêve, elle peut, au sein d’un groupe, avoir une utilité réelle en terme de cohésion et donc d’efficacité.

 

1. La victimisation : une prison dans la tempête

À ce sujet, je risque de n’évoquer que des éléments qui vous paraîtront relever du lieu commun, et je vous prie de m’en excuser par avance, mais ces quelques lignes pourraient tout de même avoir un intérêt pour des personnes sujettes au type de comportement en question.

La personne qui se victimise part du principe qu’un événement négatif qui survient est, en fait, un diktat d’une réalité externe, dont les causes lui sont forcément étrangères, et contre lequel elle ne peut généralement pas grand-chose. En apparaissant comme une victime de cette réalité, elle cherchera à provoquer l’empathie, la compassion et ainsi la reconnaissance de son existence par l’autre.

A mon sens, la victimisation procède moins d’un refus de réaction face à l’adversité que d’un manque énorme de confiance en soi.

Une fois cela dit, la solution est, au moins en partie, dans les mains des psys.

Mais pourquoi ce mécanisme de victimisation est-il perdant ?

Le maître mot est : subir

Le premier écueil de ce comportement est la négation de sa responsabilité personnelle. Si je suis victime d’un événement extérieur, c’est que, le monde étant ce qu’il est, je me suis trouvé au mauvais endroit au mauvais moment, ou entouré de personnes malveillantes. Il n’y a rien à attendre de plus de la situation que je vis.

Dans ces conditions, comment réussir à maîtriser une situation ? Si les événements et les autres sont, par nature, plus forts que moi, je n’ai pas besoin d’anticiper, de faire de lien de cause à effet entre mon comportement et ce qui m’arrive. Je peux juste me plaindre que cela me soit arrivé.

Il m’est donc simplement impossible de construire mon bonheur, que ce soit dans les domaines personnels ou professionnels, que celui-ci s’exprime en matière affective ou en matière d’efficacité.

Quand quelqu’un de responsable s’interroge pour savoir quels siens comportements ont pu générer un événement défavorable, une victime ne se pose même pas ce genre de question. Pour elle, la responsabilité est forcément aux autres, à l’extérieur d'elle-même.

La conséquence de ce phénomène est l’incapacité à évoluer. Une personne consciente de ses responsabilités, en cas d’événement négatif, va analyser ledit événement, faire une relation (même partielle) entre ce dernier et ses comportements, et enfin, en tirera un apprentissage qui lui permettra de ne pas reproduire une éventuelle erreur. Elle évoluera, progressera, se perfectionnera.

Une victime ne pourra qu’espérer que la vie lui épargne, à l’avenir, la mauvaise expérience qu’elle a vécue. Il n’y aura pas d’apprentissage et les mêmes comportements engendrant les mêmes conséquences, elle se demandera toute sa vie pourquoi elle doit subir les mêmes déconvenues de façon répétitive.

En cela, ce travers constitue, selon moi, un handicap majeur dans une vie humaine et, si la personne en a conscience, justifierait un investissement personnel prioritaire sur tout autre sujet pour y remédier.

L’autre conséquence que le comportement de victimisation induit sur la vie d’une personne est sa dépendance vis-à-vis d’autrui. Ayant constamment besoin d’être rassurée, admirée, aimée, elle va donc dépendre du comportement des autres à son égard. Dans un monde où la bienveillance n’est pas toujours au rendez-vous (et c’est un euphémisme), elle risque fort d’aller de déconvenue en déconvenue. D’être tout simplement malheureuse.

D’autant plus qu’elle fait peser un poids, une exigence sur son entourage qui doit, sans cesse, lui témoigner affection, considération ou tout autre comportement de ce genre. Pour les autres, c’est fatiguant… D’où une lassitude qui peut s’installer et dégénérer vers le rejet. Et là, le caractère perdant de la victimisation atteint son paroxysme avec l’isolement, la solitude et l’impossibilité de s’en sortir.

En tant que coach de vie, j’ai eu des clients affectés par ce genre de travers et j’ai remarqué qu’une des stratégies qu’ils emploient pour masquer un comportement de victimisation était… la mythomanie (le terme est peut-être un peu fort, mais…). C’est-à-dire que la personne va inventer une aventure, en grande partie fictive, qui la fera paraître non pas comme victime, mais comme extrêmement courageuse dans un environnement qui se déchaîne contre elle. Le complot supposé est souvent de la partie. Le but étant de générer de l’empathie, de l’admiration chez l’autre pour cette « victime admirable ».

Ce travestissement d’une certaine réalité pour s’en créer une plus favorable démontre des qualités d’imagination souvent importantes. Le problème est que cette imagination est utilisée pour fuir sa responsabilité et non l’affronter.

Le caractère perdant de ce comportement vient donc de la non-responsabilisation, de l’impossible évolution, de la création d’une réalité personnelle non cohérente avec celle des autres, d’où un manque de fiabilité qui évolue souvent vers un isolement, alors même que la personne à désespérément besoin des autres pour son propre équilibre.

C’est donc un comportement qui peut vite mener à l’enfer intérieur pour la personne elle-même.

Mais pour un groupe ? N’y aurait-il pas quelque avantage à retirer de compter dans ses rangs quelqu’un ayant des comportements de victimisation ?

 

2. La victimisation : une opportunité pour la cohésion de groupe.

Dans une entreprise managée à l’ancienne, dans laquelle la performance collective n’est que la somme des performances individuelles, il est clair qu’il n’y a que peu de place pour quelqu’un qui se singularise par ses comportements de victimisation. Ce dernier sera, selon toute vraisemblance, en déficit d’efficacité par l’absence de maîtrise dont il fera preuve sur son environnement.

En revanche, disposer d’une personne ayant ce genre de comportement au sein d’une équipe peut se révéler, sous certaines conditions, être un facteur extrêmement positif pour le groupe.

La première condition, indispensable, est que l’équipe dispose d’un manager solide dans sa personnalité et ayant compris les capacités inouïes que recèle l’intégration de la différence.

C’est quoi l’intégration de la différence ?

C’est d’abord un exercice d’humilité par le fait d’accepter que la différence nous apportera toujours quelque chose de supplémentaire. Si c’est différent de moi, dans la limite des valeurs, cela me complète et m’enrichit forcément.

C’est ensuite un exercice de tolérance pour accepter d’inclure, dans un groupe disposant d’une tâche précise, quelqu’un qui ne rivalisera sans doute jamais avec les meilleurs réalisateurs de cette tâche.

Puis, c’est un exercice d’empathie pour considérer la personne différente comme partie prenante indéfectible du groupe et ne pas envisager les choses différemment.

C’est enfin un exercice de conscience collective et d’unité pour faire en sorte que le groupe constate que, même s’il ne comprend ni pourquoi, ni comment, ses résultats s’améliorent dans un contexte où la logique primaire semble battue en brèche.

La deuxième condition est que le manager sache exprimer un discours, une communication, audible par ses équipes, mais qui n’est pas forcément celui développé dans les quatre paragraphes précédents.

Selon mon expérience, s’il y a peu de managers ayant travaillé sur leurs valeurs, la proportion n’est pas plus importante parmi les collaborateurs. La communication du manager doit donc être suffisamment pragmatique pour mettre en exergue les qualités de la personne qui se victimise (et elle en a), quitte à exprimer ce qu’elle lui apporte à lui-même (humilité, encore…).

Ensuite, en reconnaissant et faisant reconnaître la différence de cette personne, il doit savoir inciter son équipe à créer un environnement protecteur et bienveillant autour d’elle, de façon à ce qu’elle puisse exprimer au mieux toutes ses qualités.

Le rôle de la personne se considérant comme victime devient alors celui de catalyseur du groupe en incarnant la raison de comportements positifs réciproques. Elle se sent alors intégrée, respectée et pourra donner le meilleur d’elle-même. Il y aura vraisemblablement toujours quelques tiraillements, mais l’équilibre n’est pas l’absence de tiraillement, c’est une succession de tiraillements contraires…

Ces affirmations ne sont pas du « bisounours ». Pour les avoir réellement appliquées, je peux affirmer que c’est du concentré d’efficacité.

Il n’en demeure pas moins que se victimiser, pour une personne donnée, reste un comportement perdant qui a peu de chances de la mener au bonheur.

Alors, que faire contre ?

Pour être efficace, une action contre le phénomène de victimisation permanente doit s’inscrire dans la durée.

En tant que coach de vie, quand je suis confronté à une personne ayant ce problème, je mets en place un travail axé sur deux démarches complémentaires.

D’une part j’essaie de réorienter son imagination. Elle l’exerçait jusque-là pour trouver de bonnes raisons expliquant sa non-responsabilité, je l’incite à trouver des possibilités, une latitude, pour exercer sa responsabilité. Le discours ressemble à : « j’ai bien compris que vous n’avez pas de responsabilité dans ce qui vous arrive, mais que pourriez-vous imaginer, si vous en étiez au moins partiellement responsable, pour solutionner le problème ».

Ce moyen constitue plus une recette pour permettre à la personne de sortir provisoirement de sa logique qu’une réelle solution au problème de fond. Répétée avec assiduité, cette recette peut néanmoins infléchir durablement les réflexes de la personne et l’inciter à se poser plus franchement la question de sa responsabilité propre.

D’autre part, j’effectue, avec elle, un travail en douceur (car le manque de confiance en soi dénote une fragilité qu’il est inefficace de violenter) sur ses valeurs de vie en l’incitant à réfléchir à des valeurs de « combat » comme le courage, le choix ou l’estime de soi par exemple. En leur donnant un sens par rapport à sa vie et à ses aspirations, on arrive à des résultats surprenants. La personne se focalisant davantage sur ses objectifs et les moyens d’y parvenir, elle oublie progressivement son besoin d’être une victime.

Un commentaire sur “Ne soyez pas un loser : les 7 comportements perdants
part 5 : la victimisation”

  1. article vraiment plein de justesse, j'ai été amenée à assister aussi à une cohésion familiale construite autour d'une "victime", ou plutôt, grâce à la victimisation très mythomane d'un de ses membres comme si le lien unissant les membres de cette famille ne doit finalement son existence qu'à la prise en charge de la réparation du sort "dramatique" de cette personne; tous se retrouvent autour d'elle avec une raison de fonctionner dans l'unité et dans une affection sommes toutes corrompue par la non authenticité , les mensonges cultivés ensemble et la non responsabilité de tous: assez interpellant comme choix de vie !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Comment ne pas être l’esclave des désirs des autres.
Vous êtes confronté à quelqu’un en colère ? Profitez-en !
Les vertus du silence dans la confrontation.
Êtes-vous dans le déni d'action ? ou comment acquérir de la profondeur.
L’écoute active : améliorer sa qualité d'écoute pour éviter les conflits
Comment mieux gérer les conflits au sein de ses équipes
Quand est-il temps de mettre fin à une relation de coaching ?
Année 2020 : Attention, danger !!!
Route barrée - Quand la vie ressemble à une impasse
Pourquoi vouloir changer qui nous sommes ?
L’organisation du changement en entreprise : évolution ou adaptation
3 façons dont la vie peut vous inciter à devenir égoïste
Passage à la retraite : ne sous-estimez pas le piège !
Vous voulez vous sentir mieux dans votre vie ? Pratiquez le compliment !
Comment ne plus s’inquiéter de ce que les autres pensent de nous
Bien définir les valeurs d’entreprise : un enjeu crucial
Dépendance affective : l’amour n’est pas une marchandise…
Aime les autres comme toi-même… oui, mais c’est quoi s’aimer soi-même ?
La solitude vous pèse ? Détrompez-vous, vous n’êtes pas seul
Toute perception est réalité : 8 étapes pour changer la façon dont les autres vous voient
Développement personnel : les Bisounours face aux requins ?
Pour trouver l’âme sœur : objectif plaisir ou objectif bonheur ?
Pour changer votre travail sans changer de travail : changez d’altitude.
Tenez compte de vos spécificités pour vivre votre réalité personnelle.
La persistance flexible : une voie pour surmonter les obstacles
6 idées fausses qui vous gâchent vie (et comment les abandonner)
Coaching de vie : êtes-vous coachable ?
10 astuces pour définir ses objectifs et réussir sa carrière
Un petit exercice pour évaluer votre estime de soi
Pouvoir et autorité : l’illusion de l'accomplissement
Première impression : comment être plus populaire à l'encontre du mythe
Vous pensez trop ? Repensez vos pensées
Qu’est-ce que c’est que l’état de rupture, et pourquoi est-ce si utile ?
La résolution de conflits : l'une des compétences essentielles du dirigeant.
Pour réussir un changement, comprenez comment réagit votre cerveau
Ne chercheriez-vous pas votre bonheur au mauvais endroit ?
7 moyens simples pour gérer le sentiment de déprime
7 questions pour améliorer votre qualité de vie
Qu’est-ce qu’une entreprise « responsable » ? Part 5
Pourquoi vous avez peur et que faire ?
Qu’est-ce qu’une entreprise « responsable » ? Part 4
Top vie ! Comprendre la manière dont elle élabore ses recettes
Qu’est-ce qu’une entreprise « responsable » ? Part 3
Pour être heureux, ne faites pas confiance à votre cerveau , prenez le téléphone !
Qu’est-ce qu’une entreprise « responsable » ? part 2
Ne pas aider pour mieux aider
Qu’est-ce qu’une entreprise « responsable » ?
Comment faire reculer le seuil d’incompétence ?
Les piliers de la mission d’une entreprise responsable
Comment faire face aux pensées négatives…
Y a-t-il une cohérence entre valeurs d’entreprise et valeurs de vie ?
BONNE ANNÉE !!!!!!!!!
Noël vous sort par les trous de nez ? Ce post est pour vous.
Rétablir une culture d'entreprise dégradée comme clé d’un succès durable
Un truc qui vous bousille méchamment : les croyances erronées.
Comment parvenir à surmonter les envies néfastes ?
Comment savoir où se trouve votre zone de confort
Conversation difficile ? Répondez au lieu de réagir
Cinq étapes faciles pour développer vos compétences de leader.
Trouvez un meilleur moyen pour gérer un conflit !
Voilà une chose pour laquelle vous êtes doué et une chose pour laquelle vous ne l’êtes pas.
La vérité sur la malhonnêteté... ou l'honnêteté rendue possible.
A quoi ressemblerait votre vie si... ? 7 questions pour une meilleure vie
7 façons dont votre cerveau conspire contre vous.
Manque d’argent pour créer votre entreprise ? Voici 3 pistes qui vous aideront.
Coup de blues au boulot ? Peut-être devriez-vous changer de travail…
Vous avez choisi la disruption ??? Vous avez raison !
Comment arrêter de juger les autres ? Le jugement innovant !
La pensée positive chez les dirigeants, c'est important !
La spécificité du coaching de la souffrance
Stop aux cadences infernales ! Coaching en entreprise : la marge de rentabilité inexploitée.
Le perfectionnisme vous attire ? Evitez d'en faire trop !
Executive Coaching ou Coaching de Vie ? Quelle est la différence ?
Méfiez-vous, l’évolution personnelle n’est pas sans conséquences !
Problèmes de couple ? Allez à la rencontre de l’autre.
Utiliser les autres pour avancer !
Jusqu’où irez-vous pour avoir raison ?
Mêlez-vous de ce qui vous regarde ! Alignez intention et action
Les valeurs de vie valent-elles de sacrifier le concret ?
La bonne volonté n’excuse pas l'incompétence ou comment aider constructivement
Gérer l'échec est la seule option...
Vous n’avez qu’une seule vie, mélangez-la !
Qu'est-ce qu'une croyance auto-limitante (et comment l'éradiquer) ?
La question est : comment développer ma capacité d’influence ?...
Féminisme et développement personnel
Burnout : la compétition en œillères
7 raisons pour lesquelles l'humilité contribue à la confiance en soi
Dix conseils pour effectuer des évaluations professionnelles de qualité
Le développement personnel est-il toujours une réussite ?
Légère sensation de vulnérabilité face au regard des autres ?
A quoi tu penses ? Ou de l'importance de la prise de conscience
Plus trop de volonté à disposition ? Qu’est-ce que l'épuisement de l'ego et pourquoi est-ce si important ?
Comment le confort vous tue
Pourquoi le développement des talents en entreprise est important
Comment éviter la colère et de perdre le contrôle
La désobéissance intelligente : suscitez les commentaires constructifs
Des périodes de transition dans votre CV ? Appropriez-vous votre histoire
7 distractions stupides que tout leader devrait éliminer.
Pour surmonter la négativité, vivez la meilleure version de vous-même.
Mets tes lunettes et écoute comme ça sent bon… Tu comprends ?
Comment se sortir d’une petite embuscade post-réunion.
Pourquoi vous ne faites pas ce que vous savez que vous devriez faire.
7 réponses gagnantes pour contrer les manipulateurs maléfiques.
Comment faire face « à la crise de la quarantaine »
Comprendre la complexité : utilisez 7 axes de la pensée éthique
La stratégie Pacman ou comment s’assurer d’un mode sans échec
Victime de rumeurs sur votre lieu de travail, comment réagir ?
Vous avez un destin ! Et voilà 3 façons de commencer à l'accomplir.
Vous voulez motiver votre équipe ? Devenez coach plus que manager.
Mauvaises habitudes : la raison secrète pour laquelle elles sont difficiles à rompre.
La résilience peut-elle vous différencier en tant que leader ?
Pas trop épanoui ? 3 composants essentiels pour une belle vie.
La confiance collective dans votre entreprise... ? 5 conseils pour l’accroître
25 citations méconnues sur le développement personnel.
Les 7 saboteurs de succès à éviter dans les affaires
15 caractéristiques de votre cerveau utiles en développement personnel
Transformer l’échec en réussite : 3 réactions envers vos collaborateurs.
Les 7 péchés capitaux du développement personnel
Arrêtez les travaux forcés, retrouvez le goût de la vie, même au travail.
Pour résister aux tentations, augmentez votre volonté
Vous avez trop à faire ? Comment déléguer efficacement
Bonne année 2018 ! 14 pistes pour plus de bonheur
La méthode pour faire le bon choix : ça fonctionne !
Marre de faire le travail de vos collaborateurs à leur place ?
Comment être sûr de faire le bon choix : une méthode qui fonctionne
Vous débutez en tant que patron ? 4 pièges à éviter
Vous pensez être le champion de l'auto-sabotage ?
Pour réussir aujourd'hui dans l’entreprise, vous avez besoin de sagesse.
Contre le sentiment d’abandon : apprendre à s’aimer soi-même. Part 2/2
Vous voulez atteindre rapidement vos objectifs ?
Contre le sentiment d’abandon : apprendre à s’aimer soi-même. Part 1/2
Procrastination : qu'est-ce que cela vous coûte et comment y remédier ?
Une maladie grave peut-elle être considérée comme un cadeau ?
La négociation d’affaires : on n’attrape pas les mouches avec du vinaigre
Léger manque de confiance en soi ? Avez vous pensé au courage ?
La marque d'un grand patron : responsabilisation de ses collaborateurs
Qu’allez-vous vous dire dans votre lit, lors de votre dernière nuit sur terre ?
Optimisation du travail d'équipe : identifiez les maillons faibles.
Pourquoi l'épreuve ? Attraits et pièges du côté obscur de la force
Pourquoi l’épreuve ? Attraits et pièges du côté obscur de la force
Mauvaise nouvelle à annoncer ? Communiquez efficacement auprès de vos collaborateurs
Faites-vous trop de choses à la fois ? Les 7 points pour répondre
Échanger valeurs de vie contre problèmes, est-ce que ça vaut le coût ?
Vous connaissiez ce truc pour augmenter, de façon garantie, votre créativité ?
Si vous aviez le choix, préféreriez-vous avoir raison ou être aimé ?
Un peu submergé ?... Quelques trucs pour sortir la tête de l’eau.
Tentation de devenir végétarien ? Voici les raisons pour vous éviter d’y succomber.
La gestion du capital humain vous paraît être un casse-tête ? 9 règles simples pour vous en sortir.
Vie de couple : comment sécuriser et éviter le crash.
Besoin de résultats ? 6 Stratégies pour construire une équipe plus forte
Votre environnement vous effraie ? Voici comment éradiquer vos peurs.
Sept étapes pour une communication claire et efficace
Pour garder votre motivation au travail, suivez le guide !
Que feriez-vous si vous aviez 10 000 000 € ?
Quelques trucs pour augmenter votre estime de soi
Ne soyez pas un loser : Les 7 comportements perdants – part 7 : l’égocentrisme.
Comment améliorer votre communication en période de crise.
Ne soyez pas un loser : Les 7 comportements perdants
part 6 : le pessimisme.
Vous vouliez accroître votre productivité ?
Voilà 14 façons d’y parvenir !
Ne soyez pas un loser : les 7 comportements perdants
part 5 : la victimisation
Être mieux écouté par les autres :
9 conseils pour améliorer votre communication
Ne soyez pas un loser : les 7 comportements perdants
part 4 : l’agressivité
Burn out en approche ? Quelques conseils pour l'éviter.
Ne soyez pas un loser : les 7 comportements perdants
part 3 : l’ostracisme
Relations au travail : 5 comportements pour améliorer vos relations avec des collègues difficiles
Les 7 comportements perdants
part 2 : la critique
Leadership au féminin : les trois essentiels qu'il vous faut connaître.
Avez-vous l’influence d’un leader ?
5 points pour développer votre leadership
Ne soyez pas un loser : 7 comportements perdants à éviter - Part 1
Apportez une nouvelle vigueur dans votre travail
Vous voulez avoir des collaborateurs performants ? 7 points essentiels pour y parvenir
Besoin d'aide pour faire avancer votre carrière ???
Connaissez vous les 6 fondamentaux pour développer un avantage concurrentiel au travail ?
Comment être heureux
10 méthodes pour changer une mauvaise habitude
Le pire karma du monde
Les 7 clés du développement personnel
Surveille ton langage !
Et si l’épreuve avait un sens ? Part 2 : l'apport de la numérologie
Et si l’épreuve avait un sens ? Part 1
Contre le sentiment d’être submergé : la fragmentation
Etirer sa zone de confort ou comment maîtriser son évolution
La curiosité nous sauvera
N'attendez pas d’être mort pour vous détendre
Le sacrifice des élites
Une petite stratégie pour mieux dormir
La comparaison entraîne-t-elle la satisfaction ?
Managez-vous pour obtenir le meilleur de vos équipes ?
Que feriez-vous dans la vie si vous saviez que vous ne pouvez pas échouer ?
Mauvaise journée ????
Système de valeurs – 4ème Partie/4 : La confrontation
Système de valeurs – 3ème Partie/4 : L’action par les valeurs
Système de valeurs – 2ème Partie/4 : La hiérarchisation des valeurs
Le Système de valeurs – 1ère Partie/4 : Le choix du Camp
Comment connaître vos valeurs peut vous rendre plus heureux – 4ème partie/4 : La tolérance
Comment connaître vos valeurs peut vous rendre plus heureux – 3ème partie/4 : Liberté
Comment connaître vos valeurs peut vous rendre plus heureux – 2ème partie/4 : L’intégrité
Comment connaître vos valeurs peut vous rendre plus heureux – 1ére partie/4 La Paix intérieure
Comment vaincre la peur de parler en public
Comment obtenir une confiance instantanée en utilisant l'ancrage de la PNL
Pourquoi les bonnes résolutions de début d’année ne donnent rien
Peut-on reprendre la maîtrise de sa vie quand c’est l’environnement qui est déstabilisant ?
Prenez le contrôle de votre réalité personnelle
La dictature de la réalité collective est-elle une fatalité ?