Réponse de normand : ça dépend…
Une des choses que je constate en accompagnant des clients, c’est à quel point l’insistance de se comparer à d’autres, quand ils se fixent des objectifs, peut les frustrer.
Ils peuvent travailler dans la vente et décider de gagner plus qu’un collègue performant, ou penser que, pour être heureux, ils doivent être aussi minces qu’une amie ou, pire encore, qu’une star de cinéma, ou croire que la seule vraie mesure de leur succès serait de générer plus de chiffre d’affaires qu’un concurrent.
Permettez-moi de vous dire que cette pratique est vouée à l’échec 99 fois sur 100.
Avec plus de 6 milliards de personnes errant autour de cette planète, il y en aura toujours qui seront meilleures que vous et il y en aura toujours de pires que vous.
En vous comparant aux autres, et cela vaut pour les individus comme pour les groupes de personnes, vous donnez le contrôle à des forces extérieures sur lesquelles vous n’avez aucune influence. Que se passe-t-il si ce collègue a une promotion, ou que cette amie perd 3 kilos, ou que le concurrent fait une croissance externe ?
Je vais vous dire ce qui se passe. Vous allez, presque certainement, être frustré, ennuyé, découragé ou peut-être les trois à la fois.
Il y a une poignée de personnes qui peuvent dire sans équivoque qu’elles sont les meilleures dans ce qu’elles font, mais leur suprématie sera limitée au domaine extrêmement restreint de leur expertise.
Usain Bolt peut bien être le meilleur sprinter du monde, mais il y a beaucoup d’autres personnes qui peuvent courir plus longtemps, sauter plus haut, penser plus vite, peindre mieux, conduire plus rapidement, etc.
Pensez-vous vraiment que Usain Bolt reste chez lui en s’inquiétant du fait que quelqu’un gagne plus d’argent que lui ou soit plus fort, ou puisse faire du Sudoku plus rapidement ? J’en doute. S’il le faisait, cela l’empêcherait certainement de se concentrer quand il est sur le stade et le conduirait au déclin inexorable.
Cet exemple pourrait vous paraître quelque peu caricatural, et vous auriez raison. Mais contrairement à ce que le spectateur perçoit, quand il est en compétition dans des stades pleins à craquer, quand il s’élance sur la piste en compagnie de 7 autres concurrents, Usain Bolt ne se compare pas, il fait juste son job.
En revanche, quand il travaille comme un dingue à l’entrainement, des heures durant, pour gagner un centième de seconde sur 100 mètres, il se compare continuellement… il se compare à lui-même.
Se comparer à l’autre et s’en faire une référence pour sa propre performance, c’est lui donner un pouvoir sur soi-même, un pouvoir que l’on ne contrôle pas.
Que sait-on de la manière dont cette personne est parvenue à la performance qui nous sert de référence ? Ce pourrait être en utilisant des capacités que nous n’avons pas et qu’il serait donc vain de vouloir copier, ou des chemins que nous ne souhaitons pas emprunter au nom des valeurs qui nous constituent. Faudrait-il renoncer à nos valeurs sous prétexte de la performance ? Ne serait-il pas plus judicieux d’imaginer une voie qui nous soit propre, qui tienne compte de ce que nous sommes pour parvenir à tirer le meilleur parti de nous-même ?
Notre potentiel est sans limite tant que nous ne nous connaissons pas nous-même en profondeur. L’affirmation précédente a peut-être l’air d’être une évidence, mais si l’on cherche la performance, quel que soit le domaine, la rechercher d’abord à travers l’autre – que ce soit en management d’équipe ou par la prise en compte de la performance de l’autre comme référence – est le plus souvent une erreur.
Rechercher le contrôle et le pouvoir à travers l’autre est une chimère inutile et frustrante, rechercher le pouvoir et le contrôle en soi-même est la clé du succès, quel que soit le domaine.
Il y a une seule personne à laquelle vous devriez vous comparer de façon régulière et cette personne c’est vous. C’est peut-être l’exercice le plus difficile s’il est pratiqué en conscience et avec honnêteté, mais c’est aussi pour ça qu’il est aussi efficace.
S’il y a des domaines de votre vie que vous souhaitez améliorer, allez-y et fixez-vous des objectifs.
Ensuite, mesurez où vous en êtes et essayez de faire progresser votre niveau. Vous en avez le contrôle complet et si vous continuez à vous améliorer, à progresser vers votre objectif, chaque étape sur le chemin se traduira par un sentiment de réussite personnelle bien plus épanouissant que le fait de jeter un coup d’œil par-dessus votre épaule pour voir ce que quelqu’un d’autre a fait et si vous êtes en droit de vous sentir bien ou pas.
Se comparer : oui, mais seulement à soi-même. Un conseil : vous êtes toujours en droit de vous sentir bien avec vous-même.