Dans le précédent post, je décrivais le travail de hiérarchisation des valeurs de vie sensé mener à la source de toute valeur : l’Unité. Je concluais que, si le travail préliminaire consistait à faire consciemment le lien entre les valeurs en partant d’une valeur propre à la personne concernée pour remonter jusqu’à l’Unité, la mise en application au quotidien, l’action, devait suivre le chemin inverse.
L’intérêt du premier travail sur la hiérarchisation des valeurs tient dans le fait qu’il permet de se familiariser, puis d’approfondir, et enfin de stabiliser profondément en soi-même un lien à la fois conscient et inconscient à l’Unité.
Dans les situations vécues au quotidien, que ce soit dans la vie professionnelle ou personnelle, il est souvent compliqué de mettre le jeu sur « pause », le temps d’analyser quelle valeur est la plus appropriée au moment, puis de vérifier que l’on dispose bien du lien qui mène à l’Unité, pour enfin savoir comment réagir à la situation. On perdrait l’interlocuteur bien avant d’être arrivé à la fin du parcours…
Le principe de fonctionnement est donc, à l’inverse de précédemment, de partir de l’Unité et de la décliner à la situation vécue, tout en la conservant en toile de fond en permanence.
Si vous contrôler votre lien à l’Unité, vous « contrôlez » le monde. C’est peut-être un lieu commun pour tous ceux qui travaillent depuis longtemps sur eux-mêmes, mais ça n’en demeure pas moins une vérité personnelle qui fonctionne.
Au risque d’être perçu comme un peu théorique, je dirais que dans l’expression « valeurs de vie », il y a le mot « vie »… Vous me direz : « La belle affaire !… ».
Ce que je veux dire c’est que les valeurs de vie, si elles sont bien choisies, ont la capacité de nous placer au cœur d’une relation intime avec la Vie, une relation d’efficacité mutualisée. Si je sers la Vie dans ses composantes les plus fondamentales, elle me servira en retour. C’est l’intérêt de choisir son camp et de se conformer à ses règles. En le faisant, je participe à une force qui me dépasse de loin par sa puissance, mais qui m’en fait bénéficier. Et tout cela dans un contexte d’équilibre entre moi-même et mon environnement.
Je vous avais bien dit que vous trouveriez ça théorique… ou bien un peu allumé ?… Mais ça fait 25 ans que ça marche avec ceux que j’accompagne, alors…
Je me souviens d’une cliente qui était venue me voir pour une profonde dépression. La cinquantaine largement entamée, sous antidépresseurs à haute dose, elle était en psychothérapie depuis de nombreux mois, mais ne parvenais pas à s’en sortir.
Les causes de sa dépression étaient multiples : un fils qui ne lui parlait plus alors qu’elle l’adorait, du coup elle n’avait plus accès à sa petite fille qu’elle chérissait comme la prunelle de ses yeux ; des parents tyranniques qui vivaient sous son toit et dont elle s’occupait avec patience et dévouement. En gros, seul son mari n’était pas un problème familial (ce qui est déjà beaucoup, je vous l’accorde…), mais se sentant complètement démuni devant la situation, il n’était pas un recours pour elle.
Par ailleurs, grosse travailleuse, elle se donnait au maximum dans sa profession, ce qui avait l’avantage de lui changer les idées, mais l’éreintait au quotidien.
Son problème ? Après discussion, il s’avérait simplement que toute sa bonne volonté, son amour des autres et son implication étaient tournés vers elle-même. Elle débordait d’amour pour son fils et sa petite fille, mais toujours de la façon qu’elle souhaitait elle, sans se poser la question de ce que souhaitaient les autres. Elle s’était mis dans la tête qu’elle avait un rôle à assumer dans la famille et, en fait (même si elle l’exprimait différemment), que les autres devaient s’y conformer.
Evidemment, vous savez tous que les relations humaines ne fonctionnent pas de cette façon. Nous avons donc travaillé son système de valeurs afin de reconnecter cette personne avec son environnement sur des bases plus équilibrées.
Ce travail lui a permis de se repositionner très rapidement et de faire évoluer sa réalité dans un sens très positif.
J’ai eu la surprise, au bout de quelques séances, de recevoir un appel téléphonique de la part de cette personne, me disant qu’elle se sentait parfaitement bien et qu’elle avait totalement arrêté les antidépresseurs, à son initiative car elle n’avait plus besoin d’aller voir son psy. Son problème c’est qu’elle avait des vertiges et qu’elle ne savait pas à quoi c’était dû.
Vous imaginez ma panique ! J’ai bondit en entendant ça et lui ai ordonné de retourner chez son psy pour, si elle voulait arrêter les médicaments, suivre un protocole médical adéquate.
Bref, ça c’est de la petite histoire, mais le mieux c’est que grâce au travail qu’elle a fait, non seulement les relations se sont renouées avec son fils et sa petite fille, non seulement elles se sont aussi améliorées avec les parents, mais ces derniers sont partis finir leurs jours au Portugal, dégageant l’horizon de vie de la personne accompagnée.
Cet exemple peut paraître un peu simpliste, mais il illustre, pour moi, le fait que non seulement se mettre en phase, de façon cohérente, avec des valeurs de vie d’unité permet non seulement d’aller mieux soi-même, mais la vie se charge ensuite d’apporter le plus, la cerise sur le gâteau qui fait que le ciel redevient résolument bleu.
Donc, à tous les désespérés (et aux autres aussi), vous n’avez besoin que d’un tout petit peu d’énergie pour mettre en place ce type d’approche et vous verrez que, autant sur les sujets personnels que professionnels, les problèmes se résolvent grâce à vous, mais pas que…

Dream League Soccer APK 2020 + MOD + OBB Data