Votre cerveau, comme celui de tout être humain, est une chose étrange et merveilleuse.

Il est incroyablement intelligent et incroyablement stupide, souvent en même temps.

L’un de ses principaux défauts est la façon dont il se perçoit et juge ses capacités, ou ses incapacités, car cela peut rendre la perception de l’environnement désespérément fausse.

 

Voici 7 façons dont votre cerveau conspire contre vous.

 

1 . Votre cerveau pense qu’être dur avec vous-même vous aide

Si vous êtes plus tolérant avec vous-même qu’avec les autres, vous êtes une exception.

La plupart des gens ont pour eux-mêmes des exigences plus élevées que pour les personnes qui leur sont les plus proches.

Et pour la plupart, ils ont cette attitude parce qu’ils pensent que, s’ils s’en exemptent, ils vont devenir paresseux et léthargiques.

Pourtant, les gens qui sont bienveillants avec eux-mêmes agissent, et souvent même plus que les autres. Ils ne se sentent pas tout le temps déprimé, car ils ne se conforment pas systématiquement à certains idéaux ridicules et irréalisables.

La plupart du temps, la seule chose difficile à faire est de réduire l’égo.

Allez-y doucement, vous en valez la peine.

 

2 . Votre cerveau sous-estime votre capacité à faire face

Vous avez certainement déjà entendu l’histoire d’une personne qui a surmonté de terribles difficultés, comme vaincre un cancer ou continuer à vivre après la mort d’un être cher.

Ensuite, après que la personne ait fini de raconter l’histoire, vous vous êtes dit quelque chose comme : « La vache ! quel courage ! moi, je n’aurais jamais pu faire face à ça ! »

Et pourtant, vous le pourriez.

Votre capacité à vous adapter et à gérer ce que la vie vous propose est énorme.

Je sais pertinemment que vous avez géré chaque événement et chaque situation que vous avez vécus jusqu’à ce jour, et vous continuerez à le faire jusqu’au jour de votre mort.

Vous êtes plus fort que vous ne le pensez.

 

3 . Votre cerveau pense qu’un peu plus de temps ferait la différence

Si je devais vous offrir 30 minutes supplémentaires chaque jour, qu’en feriez-vous ?

Pensez-y un instant et notez comment vous utiliseriez ce temps avant de continuer.

Peut-être que vous apprendriez une langue étrangère ? Peut-être que vous passeriez une demi-heure à une lecture distrayante ou même à méditer ?

Maintenant oubliez tout ça.

Ce n’est pas ce que vous feriez, car si ces choses étaient vraiment importantes pour vous, vous les feriez déjà.

Votre vie s’élargirait pour remplir le temps supplémentaire et, dans un mois, vous voudriez encore 30 minutes supplémentaires pour faire les choses que vous voulez vraiment faire.

Si vous voulez vraiment faire quelque chose vous pouvez toujours trouver un moyen de le faire. Ne vous plaignez pas du fait qu’il n’y a pas suffisamment d’heures dans la journée, car il y en a exactement la bonne quantité.

 

 

4 . Votre cerveau pense que vous manquez de quelque chose

Vous pensez peut-être que vous manquez de confiance ?

Ou peut-être vous manque-t-il de l’argent, le bon travail, un corps suffisamment attractif ou une bonne estime de vous-même ?

Mais si, en fait, ce n’était pas le cas ? Et si vous pouviez accepter que vous avez tout ce dont vous avez besoin ici et maintenant ?

Eh bien c’est le cas.

En ce moment même, vous avez tout ce que vous pouvez espérer.

N’est-ce pas un meilleur point de départ que celui de se lamenter sur un manque ?

 

5 . Votre cerveau est mauvais juge de ce que vous ressentirez au cours d’événements futurs

Avez-vous déjà accepté de participer à une fête en sachant que vous alliez probablement ne pas vous y plaire, fait du babysitting pour un enfant que vous n’affectionniez pas vraiment ou encore travaillé sur un projet qui ne vous intéressait pas ?

Si vous voulez mon sentiment, à moins que vous n’ayez pas eu le choix, vous n’étiez probablement pas vraiment d’accord au moment d’entreprendre ladite tâche.

Pourtant, la perspective d’aller à une fête dans 6 mois ne semblait pas être une bien grosse affaire et celle de faire du baby-sitting pour des amis par une belle nuit d’été non plus. Même entreprendre un projet ennuyeux qui était sensé commencer des mois plus tard ne semblait pas particulièrement rebutant.

C’est l’illustration de vos difficultés à apprécier les événements futurs. Vous pensez ainsi parce que vous n’avez pas envie de le faire sur le moment, mais, pour vous, cela ne signifie pas que vous n’aurez pas envie de le faire plus tard.

Si vous ne voulez pas faire quelque chose aujourd’hui, il y a de fortes chances que vous ne vouliez pas le faire dans quelques mois ou quelques années.

Comment pouvez-vous, alors, utiliser cette information pour prendre des décisions majeures, comme accepter un poste qui ne vous enthousiasme pas, mais qui paye super bien ?

 

6 . Votre cerveau pense que la stabilité existe

La plupart des gens comprennent, à un niveau théorique, qu’il n’y a pas de stabilité dans la vie.

De même, il n’y a aucune certitude et, malheureusement, la sécurité n’existe pas non plus.

Désolé.

Des gens riches font faillite, de bons mariages vont mal et chaque jour des centaines de personnes se réveillent pour constater qu’elles sont mortes.

Pourtant, la plupart des gens s’efforcent d’atteindre l’inaccessible.

Vous avez peut-être refusé de démarrer votre propre entreprise parce que vous aimez la sécurité d’être salarié de quelqu’un d’autre.

Ou peut-être êtes-vous resté dans une liaison affective dénuée d’amour, parce que, au moins, elle est stable, même si elle ne vous rend pas vraiment heureux.

Recherchez les domaines dans votre vie où vous vous cramponnez à la croyance irrationnelle selon laquelle vous avez besoin de stabilité et de sécurité et voyez s’il existe de meilleures alternatives.

 

7 . Votre cerveau mélangez des croyances avec des faits

Pensez-vous que Dieu existe ? C’est une croyance.

Pensez-vous que Dieu n’est que le résultat de l’imagination des peuples ? C’est aussi une croyance.

 

Il n’y a pas de corrélation entre la ferveur avec laquelle vous croyez quelque chose et la probabilité que cela soit vrai.

Laissons de côté la religion et la politique parce qu’il y a un côté encore plus inquiétant.

Vous vous accrochez à des croyances et à votre vision de vos propres capacités, en pensant que ce sont des faits.

Et parce que vous pensez que ce sont des faits, vous ne ferez rien pour les changer.

Interrogez vos propres croyances, surtout quand elles interfèrent avec vos propres capacités.

Passez-les au crible, sans complaisance et faites-leur avouer qu’elles vous ont menti tout ce temps et qu’elles ne sont pas des vérités, mais des croyances qui se font passer pour des faits.

Maintenant c’est votre tour. Qu’allez-vous faire avec ces informations ?

Ne pas les croire ?

Les oublier ?

Les utiliser et réaliser des évolutions positives dans votre vie ?

 

 

Dream League Soccer APK 2020 + MOD + OBB Data